Finest Coast est l’un des groupes de rock indépendant qui m’a le plus suivie durant ma vingtaine. J’ai chantonné avidement les chansons d’amour douces-amères, très naïves et idéalistes, de leur premier album, le solaire Loopy For You. Ce mois de février est sorti leur quatrième album, At all times Tomorrow, un disque de résilience fort et contagieux, qui rugit comme un moteur arrivant enfin à redémarrer après bien des réparations. 

Bethany Cosentino, chanteuse et moitié du duo qu’elle forme avec Bobb Bruno, y raconte sa reconstruction, après des années d’addictions, de dépression, et la fin d’une très longue relation avec Nathan Williams, chanteur du très bon groupe de fuzz-rock Wavves. Une relation présentée dans plusieurs titres comme destructrice dans sa fin, loin de l’picture de couple idéal rock et californien qu’ils ont pu présenter dans la presse musicale. Pour autant, elle lui “souhaite de trouver le bonheur auprès d’une autre” (Make It Final). 

Mais Bethany Cosentino assume aussi sa half de responsabilité dans l’picture qu’elle véhicule : “Qui suis-je pour continuer à prêcher auprès des enfants sans grâce de demain ?/Ils ont besoin d’une héroïne, pas de quelqu’un dans un état lamentable/Je ne suis qu’une grande gueule/Dans une gown à fleurs”, confesse-t-elle dans la puissante et entêtante Graceless Children. Grasp of My Personal Thoughts, aux accents power-pop façon The Killers, est le climax de l’album, où elle affirme son indépendance retrouvée, et la nécessité de se prendre en mains.

La chanteuse confie aussi avoir pris conscience de son malheur en prêtant consideration à ses anciennes chansons d’amour torturées, au level de se remettre en query dans son écriture et les clichés négatifs qu’elle pouvait y entretenir depuis des années. Il était temps, enfin, d’évoluer, dans sa vie personnelle, et en tant que parolière : “Je voulais avancer/Mais je continuais à écrire les mêmes chansons” dit-elle dans Wreckage. “Je suis si fatiguée d’écrire des chansons d’amour sur les mêmes choses malsaines”, avoue-t-elle sur Seeing Pink.

Tout a changé, et pour le mieux : At all times Tomorrow montre l’évolution passionnante d’une artiste qui a su surmonter ses démons, et se réinventer pour écrire des chansons d’amour plus saines. Au bénéfice de tous.  

Morgane Giuliani, cheffe de rubriques société et tradition de Marieclaire.fr



Supply hyperlink

Welcome my dear !
Do you want listen a brand new SAD LOVE SONG ?