Yaoundé (@Afriquinfos 2020)- Le vendredi 31 juillet dernier, le monde sportif worldwide a appris le décès à 57 ans des suites d’une maladie, de Stephen Tataw, ancien Lion Indomptable. Et surtout capitaine de la sélection camerounaise lors de l’historique Coupe du Monde 1990. A la suite de la Fédération Camerounaise de Soccer (Fécafoot) qui en a fait l’annonce, et a salué la mémoire «d’un grand sportif et d’un meneur d’hommes incroyable», de nombreuses autres situations et personnalités ont rendu hommage à l’ancien défenseur.

C’est d’abord la Confédération Africaine de Soccer (CAF) qui s’est dite attristée d’apprendre le décès de Stephen Tataw qui selon elle, est sans aucun doute, l’un «des meilleurs footballeurs camerounais de tous les temps». En tant que joueur, il a remporté la CAN 1988 avec les Lions Indomptables et pris half à deux Coupes du Monde, 1990 et 1994. L’édition de 1990 en Italie restera à jamais dans les annales, comme celle où une nation africaine s’est hissée pour la première fois en quarts-de-finale d’un Mondial. Stephen Tataw y portait alors le brassard de capitaine. Dans le même sens s’inscrit l’hommage de la Fédération Internationale de Soccer Affiliation (FIFA) qui voit en l’ancien joueur du Tonnerre de Yaoundé « celui qui a contribué à mener une sélection africaine aux premiers quarts de finale de son histoire« .

Un homme, une histoire du foot

Le management et le charisme de Stephen Tataw lui valent encore aujourd’hui le respect et la reconnaissance de ses compatriotes. En première ligne, son ancien coéquipier en équipe nationale Roger Milla qui sur son compte twitter n’a pas eu de mots pour exprimer sa douleur et s’est contenté d’émoticônes larmoyants et d’un cœur brisé.

Rigobert B. Music, autre emblématique capitaine des Lions Indomptables, n’a pas manqué de mots pour honorer celui qui jusqu’à sa mort occupait le poste de Superviseur général des sélections nationales pour la Fécafoot : « J’avais une relation personnelle avec lui. Je me sens très redevable envers lui. Il était un capitaine emblématique. J’ai eu l’opportunité de le rencontrer pendant la Coupe du monde 1994, alors que j’étais jeune (18 ans, ndlr). J’étais avec les seniors qui ont joué avec lui en 1990 (au Tonnerre de Yaoundé, ndlr). Il a grandement touché ma vie. Il était modeste et très présent sur le terrain. Et quand je suis devenu capitaine, je crois que j’ai eu le même état d’esprit. Il donnait une raison aux spectateurs de vouloir regarder des matches. Il était réservé mais très efficace. C’est une perte majeure. Quand il m’appelait capitaine, je lui répondais que c’était lui, le vrai capitaine. L’Homme suggest et Dieu dispose. Qu’il repose en paix», a écrit plein d’émotions l’ancien défenseur aux dreadlocks.

Une autre star du soccer camerounais, Samuel Eto’o, y est aussi allé de ses hommages: «Quelle année pleine d’epreuves! Tu nous as pris l’une des plus belles personnes que je connaisse, un père», a commencé ‘SE9’. Avant de conclure: « Je suis fier d’avoir fait un bout de chemin avec toi. Bon repos papa. Bon repos capitaine. Un vrai capitaine. Ton fils».

Stephen Tataw demeurera aussi le premier footballeur africain à évoluer dans le championnat japonais En 1995, il avait rejoint pour deux saisons le Tosu Future avant de ranger ses crampons. La dernière apparition de la légende du soccer camerounais remonte à février 2020. Il a participé au tirage au kind du CHAN 2020 avec son compatriote Salomon Olembé. Tataw Stephen est en outre le 3è Lion Indomptable de l’épopée du Mondial 1990, après Louis M’Fédé en 2013 et Benjamin Massing en 2017, à tirer sa révérence.

Boniface T.



Supply hyperlink

Welcome my dear !
Do you want listen a brand new SAD LOVE SONG ?